Après deux ans de développement, Gatsby vient de passer en version 1.0. Ce générateur intègre beaucoup d’outils notamment React et GraphQL et permet déjà d’interagir avec les versions headless des CMS Wordpress et Drupal. InfoQ vient de publier une interview de son créateur, Kyle Mathews, plus motivé que jamais pour continuer à faire évoluer ce générateur, qui devrait connaître une popularité grandissante. Nous en publions ici la retranscription en français, car nous pensons que Gatsby devrait séduire la communauté JavaScript et devenir un des outils phares pour développer des applications Web très performantes.

Après avoir travaillé pour différentes startups, Kyle Mathews a démissioné pour se consacrer à l’un de ses projets personnels à temps plein. Ce projet, Gatsby, est né de sa volonté de créer un site web qui lui évite d’avoir à utiliser autre chose que ReactJS.

Entre temps, Gatsby est passé en version 1.0 et s’est étoffé d’un large éventail d’outils comme un système de plugins, une couche de données traitée lors du build à l’aide de GraphQL, le support des Progressive Web Apps (PWA). Gatsby inclut également un utilitaire en ligne de commande et un processus de build préconfiguré basé sur Babel et Webpack.

Pour illustrer à quel point Gatsby est rapide, Mathews a écrit un clone d’Instagram conçu pour démontrer l’utilisation du pattern PRPL de Google afin d’obtenir le plus tôt possible un affichage des pixels à l’écran.

Cette vitesse est en partie dûe au fait qu’il crée “un rendu HTML statique de chaque page pour que l’affichage initial soit aussi rapide que possible. À côte de ça, le téléchargement en arrière-plan réalise le gros du travail”, explique Mathews.

Gatsby est bien plus rapide puisque qu’il télécharge en arrière-plan les ressources et les transitions du côté client. Beaucoup de gens ont fait la remarque que cliquer sur des liens sur un site fait avec Gatsby, c’est comme naviguer sur un site en local

Vue d'ensemble de Gatsby

Dans une interview à InfoQ, Mathews parle des motivations pour lesquelles il développe Gastby et de son avenir.

Quels problèmes Gatsby essaie-t-il de résoudre ?

Kyle Mathews : Gatsby essaie de résoudre la problématique de ce à quoi un framework de site web devrait ressembler en 2017. La plupart des positions adoptées par les frameworks web datent des premières générations du Web. Bien que ce soit d’excellents frameworks matures, ils ne sont pas conçu pour la majorité du web d’aujourd’hui, dominé par des milliards de personnes qui accèdent au web avec des smartphones bon marché sur des réseaux peu fiables.

Pour qu’un site web soit rapide sur un smartphone, il doit rester assez indépendant du serveur, être capable de pré-extraire du code et des données et d’effectuer le rendu du contenu côté client.

Les smartphones et les navigateurs sont largement assez rapides pour proposer de bonnes expériences de navigation sur le web - nous sommes juste ralentis par de vieux frameworks qui assument des connexions filaires, rapides et obligent les petits super-ordinateurs qui se trouvent dans notre proche d’attendre après des réseaux cellulaires peu fiables.

Gatsby intègre assez d’intelligence pour s’assurer que les sites se chargent rapidement et que naviguer sur un site soit visiblement rapide quel que soit l’état du réseau.

Le design adaptatif a été une première étape importante pour le web mobile mais nous devons absolument aller vers un modèle d’architecture où les sites sont rendus côté client et téléchargent le contenu de manière intelligente.

Comment se positionne Gatsby par rapport aux autres générateurs de sites statiques, qu’ils soient basés sur React ou non ?

Kyle Mathews : Il hérite de tous les bénéfices des générateurs de site statique traditionnels, à savoir une super performance, une sécurité accrue, un côut de montée en charge moindre ainsi qu’une meilleure expérience de développement (une migration de bases de données ça vous rappelle quelque chose ?). La v1 de Gatsby marque une nouvelle étape pour les générateurs de site statique, en permettant l’intégration de CMS comme Contentful, Wordpress et Drupal, et en embarquant tout un tas de fonctionnalités, activées par défaut, qui rendent votre site rapide dès le début - découpage du code en fonction du chemin demandé, Service Workers, le support du hors-ligne et bien plus.

Tous les autres générateurs de site statique ne font pas grand chose pour aider les développeurs à travailler de manière moderne avec CSS et JS. Ils se contentent de compiler (généralement du Markdown) en HTML et vous laisse le soin de configurer votre processus de génération d’assets vous-même. Gatsby prend tout ça en charge par défaut pour vous permettre de développer des sites web sophistiqués à l’aide des derniers outils et des dernières techniques.

Quelle longévité peut-on espérer pour Gatsby ?

Kyle Mathews : Gatsby connait un bel essor et est déjà le 4e générateur de site statique après seulement deux ans. Il y a déjà quelques sites très visibles qui ont été lancé ou qui sont en cours de développement avec Gatsby. Nous avons récemment dépassé les 200 contributeurs au niveau du cœur et les 500 000 téléchargements pour Gatsby. Pour que Gastby continue dans la durée, il va falloir trouver un modèle économique rentable pour soutenir le développement du cœur de Gatsby et une solide communauté open-source qui développe et maintienne des modèles et des intégrations de sources de données.

Que prévoyez-vous ensuite ?

Kyle Mathews : Mon objectif personnel est de travailler sur comment financer le développement du cœur de Gatsby. La priorité principale du projet est de proposer de plus en plus d’intégration avec des APIs, des CMS et des bases de données pour rendre triviale la migration de sites existants ou de les refaire avec un framework web moderne. Gatsby est déjà capable de faire tourner en production des sites sophistiqués et très rapides. La prochaine case à cocher de la liste sera de s’assurer de rendre aussi trivial l’import de données dans Gatsby - où qu’elles se trouvent actuellement.

Bien que Gatsby ait bientôt deux ans, le projet en est encore à ses débuts et beaucoup de parties utiles vont bientôt faire leur arrivée. Le système de plugins devrait permettre à la communauté de combler les manques et il en existe déjà plus d’une trentaine qui permettent d’utiliser des technologies comme Sass, Typescript ou Preact.

Pour en savoir plus, rendez vous sur le dépôt GitHubou le site de Gatsby.

Article original : Q&A with Kyle Mathews, Creator of React-Based Static Site Generator Gatsby